La cuisine de Gandi

Accueil > Hébergement > Nouvelle architecture de stockage

Nouvelle architecture de stockage

Comme vous allez le voir, les fonctionnalités sont très intéressantes et nous allons les intégrer, au fur et à mesure, sur votre interface de gestion ainsi que sur la nouvelle API.

Améliorations

Outre les disques, bien sûr toujours en RAID pour la redondance, et le cache en écriture résistant à une coupure de courant, les serveurs de stockage sont maintenant en cluster : en cas de panne d'un contrôleur, un contrôleur de secours est prêt à reprendre la gestion des disques.

La capacité de stockage a été améliorée ainsi que les I/Os. Vous pourrez créer ainsi, très prochainement, des disques plus gros.

La création, la copie et l'agrandissement de disques seront plus rapide et plus automatisés.

Snapshot

Ce mécanisme permet de réaliser un cliché instantané de votre disque qu'il soit utilisé ou détaché. Le Snapshot peut être utilisé pour réaliser une sauvegarde cohérente de votre disque. D'ici quelques semaines, une gestion des Snapshots à la demande sera mise à votre disposition. Nous travaillons également sur une gestion périodique des Snapshots. Par exemple, la possibilité de créer un Snapshot tous les jours et de ne garder que les 7 derniers.

Copie de disque

Grâce aux Snapshots, il sera possible, dès la sortie, d'effectuer une copie rapide de votre disque à chaud, même en ayant de l'activité sur celui-ci. Cette fonctionnalité facilitera le déploiement rapide (clone) de serveurs.

Restauration

Vous pourrez, à partir d'un Snapshot, créer un disque, récupérer vos fichiers effacés ou encore effectuer un retour arrière (rollback).

Sauvegarde automatique de disque

Pour les plus exigeants, un système de sauvegarde disque à disque, vers un système de stockage indépendant, est à l'étude. Pour la majorité des usages, le mécanisme des snapshots devrait largement répondre à vos besoins.

Disques et partitionnement

Les disques Gandi sont des disques logiques, c'est à dire que nous fournissons accès à des disques déjà optimisés, sécurisés, et qu'il est facile d'en créer, de les agrandir, ou de les détruire à la volée.

Les partitions, LVM, ou des algorithmes RAID représentent pour votre machine virtuelle au mieux une surcharge inutile, au pire une réorganisation des accès disques pouvant résulter en une dégradation des performances (voir ci-dessous). De plus, vous pouvez vous priver de fonctionnalités très pratiques : un snapshot effectué sur un disque faisant partie d'un RAID n'aurait aucun intérêt, le redimensionnement d'un disque partitionné (notre ancien système pour ceux qui ont pratiqué) est complexe voire dangereux si on ne fait pas attention.

Comme pour les SSD et les nouveaux disques dur, les blocs en interne ne sont plus de 512 octets mais de 4k. Si vous utilisez des partitions, ou LVM, les accès à vos données risquent de ne pas être alignés, et les performances divisées par trois.

Les partitions n'ont de réelle utilité que pour les disques physiques. Cela complique la gestion de vos disques pour rien : regrouper vos données sur un seul disque de data ou créer plusieurs disques est la bonne solution.

Les disques créés par Gandi n'utiliseront plus de partitions. Actuellement seuls les disques système possèdent une partition par défaut (système et swap) : elle va disparaitre. Le disque système sera alors géré comme n'importe quel autre disque, ce qui facilitera la gestion. Pour garder le même niveau de service, nous vous fournirons un disque temporaire pour le swap. Pour rester cohérents avec les configurations actuelles, nous émulerons des partitions virtuelles pour vous présenter le disque système et le swap : le système sera vu comme xvda1, le swap comme xvda2.